Nutrition & Santé

Isabelle Allouis, Nutrithérapeute, Saint-Brieuc

Ah ! Mais j’ai déjà tout essayé !

Ce matin, j’étais à la caisse du supermarché et j’entends la cliente qui était devant discuter avec la caissière et se plaindre de douleurs dans les doigts et partout. Elle a une polyarthrite !

J’interviens timidement pour lui dire qu’avec une alimentation adaptée, elle pourrait beaucoup moins souffrir. « Ah ! Mais j’ai déjà tout essayé ! Je ne peux plus prendre d’anti-inflammatoires, plus de médicaments. J’ai mal, c’est comme ça, il faut faire avec ! »

Je n’insiste pas, je lui donne quand même ma carte de visite… Qu’en fera-t-elle ? Ira-t-elle faire un tour sur mon site ? (même s’il est toujours en construction, il y a déjà quelques infos). Prendra-t-elle son téléphone pour me contacter ?…

L’industrie agro-alimentaire, les médias ont tellement bien formaté les gens qu’ils n’arrivent même plus à imaginer qu’il puisse y avoir des méthodes alternatives pour retrouver la santé. Même les médecins restent complètement hermétiques à toutes ces méthodes. Eux-mêmes sont payés par l’industrie pharmaceutique pour prescrire tel ou tel médicament ou vaccin.

Beaucoup de personnes ont une confiance absolue dans ce que peuvent leur dire leurs médecins. Et loin de moi l’idée de remettre en doute leurs connaissances, leurs capacités. Mais s’ils allaient voir un peu plus loin, de temps en temps… Le médecin de cette dame lui a certainement dit qu’il n’y avait rien d’autre à faire, pas d’autre solution. Et si le médecin a dit…

J’ai aussi déjà entendu dans un autre cas : « Mais ce n’est pas un problème d’alimentation, c’est une maladie ! ». Oui, c’est une maladie, mais qui pourrait certainement être, sinon guérie, au moins atténuée par une meilleure alimentation.

Le corps a un étonnant pouvoir d’auto-guérison. Encore fait-il, pour cela, lui donner les bons nutriments !

Alors, qu’est-ce que ça coûte d’essayer ? Quel risque prenez-vous, sinon celui de vous sentir mieux ?

 

r_Fotolia_87468838_Subscription_Monthly_M

 

 

Bonne année, bonne santé !

En ce début d’année, permettez-moi, tout d’abord de vous présenter mes meilleurs pour 2016. Que cette nouvelle année vous apporte plein de bonnes choses… et surtout la santé…

Le début de l’année, si c’est la période des vœux, c’est aussi la période des bonnes résolutions !

Et parmi ces bonnes résolutions que vous avez prises, il y a peut-être celle de perdre du poids, de prendre de bonnes habitudes alimentaires, de retrouver la forme…

Mais combien de temps, ces bonnes résolutions tiendront-elles ? Le plus dur, en effet, c’est de tenir sur la durée.

Et pour ne pas voir vos bonnes résolutions s’envoler d’ici quelques semaines, voici quelques conseils :

  1. Ne prenez pas trop de bonnes résolutions, choisissez-en seulement deux ou trois. Notez-les au début de votre agenda et relisez-les de temps en temps.
  2. Choisissez des objectifs réalisables. Trop difficiles à atteindre, vous vous découragerez très vite.
  3. Vos objectifs doivent être clairs. Vous pourrez alors plus facilement voir où vous en êtes.

Et si vous ne savez pas par où commencer, comment vous y prendre, si vous avez peur de ne pas y arriver, si vous avez besoin de conseils, d’aide, alors n’hésitez pas à consulter, selon vos objectifs, un coach ou un thérapeute qui saura vous guider dans votre démarche.

 ETIQUETTES Voeux

Pourquoi consulter un nutrithérapeute ?

« Que ton alimentation soit ta seule médecine » Hippocrate.

La nutrithérapie intervient dans de nombreuses pathologies plus ou moins graves comme la fatigue, le surpoids, les problèmes digestifs, le diabète, les rhumatismes…

Mais la nutrithérapie s’intéresse aussi aux personnes saines. Elle joue alors un rôle préventif, elle permet d’allonger la durée de vie en bonne santé, contrairement à la médecine traditionnelle qui maintient au mieux des personnes malades en vie.

Le nutrithérapeute fait le tour de vos problèmes, de vos antécédents personnels et familiaux. A partir de tous les éléments recueillis, il vous donnera les conseils alimentaires appropriés.

La nutrithérapie repose en grande partie sur les modifications des choix alimentaires, associées à la gestion du stress, au mieux vivre…

Une des composantes essentielle est le plaisir, notamment le plaisir de manger. Il n’est pas question de compter ses calories, de peser ses aliments mais de retrouver une façon de s’alimenter qui corresponde à son corps, à ses gènes, à ce pour quoi notre corps est programmé.

En aucun cas, le nutrithérapeute ne se substituera à votre médecin. Il n’est pas habilité à vous prescrire des médicaments, ni à vous faire stopper un traitement.

 

 

 

© 2016 Nutrition & Santé

Theme by Anders NorenUp ↑